36810 

James Ensor et Marcel Crahay, photographie dédicacée à la famille Pisart, 21,5 x 16,5 cm, 1929, inv. 36810.
 
 

Né à Liège en 1877, Fernand Pisart entre jeune dans le monde de l’industrie : à 24 ans, il est nommé commissaire de la Maastrichtsche Zinkwit Maatschappîj, la « Zinkwit », une usine fondée par son oncle à Eijsden, près de Maastricht. La « Zinkwit » produit alors annuellement 3 000 tonnes de blanc de zinc qui servait à la production des pigments blancs. L’année suivante, en 1902, Fernand Pisart est diplômé ingénieur des mines de l’Université de Liège. Il participe ensuite à la création de plusieurs sociétés en Belgique, en France et en Italie. Sous son impulsion, la « Zinkwit » devient une entreprise d’envergure mondiale, avec en 1929, une production de 73 000 tonnes de blanc de zinc par an. Membre d’une mission officielle du gouvernement belge aux États-Unis, Fernand Pisart meurt à New-York en 1942.

C’est en 1977 que l’Université de Liège reçoit, par Arrêté royal, le legs de Georgette Pisart, veuve de Fernand Pisart. Les œuvres d’art proviennent de la collection de l’industriel et comprennent, entre autres, huit tableaux d’Auguste Donnay, deux huiles, une aquarelle, deux eaux-fortes de James Ensor et trois aquarelles de Léon Spilliaert. Une des huiles de James Ensor, dédiée à Fernand Pisart (« Aux bonnes couleurs du roi du zinc F. Pisart il se nomme »), témoigne de l’amitié entre les deux hommes. Cette donation comprend également un important capital destiné à alimenter des bourses d’études (Bourses Fernand Pisart) au profit des étudiants ingénieurs de l’Université.

En savoir plus sur Fernand Pisart

Partagez cette page